Spice and Wolf (roman)

Publié le par Tama

Quand les éditions Ofelbe sont apparues en proposant d'éditer en France la série de romans des Spice& wolf, j'ai été plus qu'heureuse. Ayant beaucoup apprécié son adaptation animée et manga, j'avais hâte de découvrir la version d'origine.

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Ofelbe a fait du bon travail et a vraiment été à l'écoute de fans, notamment en conservant les illustrations d'origines, en proposant un format plus grand et en compilant les deux premiers volumes de la série en un seul (sinon ça aurait fait un peu mince).
Pour en venir en roman en lui-même, si certains viennent pour y trouver de la fantasy traditionnelle occidental, ils risquent d'être grandement déçus. La série est surtout une sorte de road-movie avec en fil rouge la quête de Holo pour retourner dans sa terre natale du Nord. Les éléments fantastiques : déesse loup avec Holo mais aussi d'autres personnages qui viendront par la suite, sont peu présents et restent vraiment relégués en arrière-plan. L'essentiel du roman se trouve dans la relation entre Holo et Lawrence, ainsi que dans un thème peu souvent abordé : l'économie. Ce sont surtout ces deux points qui vont ponctuer l'intrigue.
Pas de magie impressionnante, pas de grandes batailles épiques, le roman ne fait pas dans le sensationnel. Si les dévaluations de monnaies, les échanges et les profits ne vous inspirent pas, passez votre chemin, ou bien, si vous arrivez à en faire fi de l'aspect économique, vous pourrez peut-être apprécier la relation qui se tisse entre les deux protagonistes principaux. Cette relation entre Holo et Lawrence fait en grande partie le sel de l'histoire. Deux personnages qui apprennent à se connaître, s'envoient paître, se disputent, se réconcilient, se taquinent….la majeur partie des dialogues est faite de joutes verbales et de discussions entre les deux. Holo est un personnage haut en couleur, à la fois avisée et sage, rusée comme un renard (bien qu'elle soit un loup), elle n'en reste pas moins puérile, soupe au lait, jalouse, gourmande, parfois mélancolique et triste, de par sa condition de déesse qui recherche les siens. Un personnage à plusieurs facettes qu'il faut apprécier si l'on veut aimer le roman. En effet, sa personnalité pourra ne pas plaire car elle peut être vu comme une personne assez égoïste qui ne pense qu'à sa petite personne et qui passe son temps à rabaisser Lawrence en voulant toujours avoir le dernier mot.
Quant à Lawrence, bien qu'il parle souvent en termes de profits, il n'est pas un homme obsédé par l'argent. C'est quelqu'un de sérieux, calme (il en faut pour être avec Holo), qui s'il est marchant n'en reste pas moins quelqu'un d'humain prêt à aider (ce qui lui vaudra aussi de se faire rouler) et avec un rêve : celui de s'installer et d'ouvrir son propre commerce. le seul hic du personnage pourrait être que s'il nous est présenté au départ comme un marchand aguerri mais qui doit certes encore progresser, il se fait parfois facilement avoir. Cela est d'autant plus flagrant car Holo vient souvent lui sauver la mise en s'apperçevant de petits détails que notre héros à zapper. Alors oui cela fonctionne parfois, car même expérimenté on peut toujours se faire avoir, oui Holo est une louve sage qui a de la bouteille...cependant ce processus peut paraître lassant par moment au point que l'on en vient à se demander comment Lawrence arrivait à se débrouiller avant.

Le monde dans lequel les héros évoluent est un monde simple avec quelques réflexions sur le poids de l'église face aux croyances païennes, du commerce et de l'argent. Après, il faudra apprécier la lenteur de l'intrigue puisque nos protagoniste se contentent d'avancer doucement vers le Nord en résolvant les problèmes sur lesquels ils tombent à chaque étape.
Dans l'ensemble le roman est facile à lire et se termine assez vite. Il se peut que vous butiez sur certains termes économiques mais ce premier volume n'en regorge pas tant que ça- et l'auteur n'en tartine pas des pages entières- et permet une lecture agréable sans prise de tête. L'anime, si elle se laissait regarder, ne laissait pas trop le temps d'assimiler les termes liés à l'économie, le roman prendra peut être plus le temps sur le long terme et permettra peut être une lecture de ce domaine plus facile.

En conclusion je suis très heureuse de voir ce titre publié en France et j'espère que d'autres suivront (surtout parmi les auteurs de light novels que j'apprécie)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article