Le monde antique de Harry Potter

Publié le par Tama

A la vue de cet ouvrage dans les étals des librairies, j'avoue avoir été intrigué. Des ouvrages « non officiels » qui décortiquent le monde de Harry Potter en long, en large et en travers, il y en a pléthore, la question était donc de savoir en quoi celui-ci serait différent.
Comme son nom l'indique, le livre se présente comme une encyclopédie, donc il ne faut pas s'attendre à se plonger dedans comme dans un roman mais bien faire des sauts de puce d'une page à l'autre au grès des noms qui nous intéressent. Cela renforce l'idée d'un ouvrage savant destiné : soit aux fans assidus, soit aux personnes férues de latin, d'histoire, de mythes, etc. Je fais partie de la seconde catégorie.
Je ne mettrais pas en cause le gros travail de recherche qui a été fait dans cet ouvrage. On sent que l'autrice connait son affaire. Les différentes sources officielles sur Harry Potter sont passées au crible (les livres et leurs dérivés officiels écrit par J.K. Rowling
, films, jeux vidéo et le site Pottermore) auquel elle associe son érudition de chercheuse et d'enseignante et une pointe de vulgarisation. Il en résulte un livre facile d'accès qui fouille et cherche dans les moindres détails de la saga les références plus ou moins directes avec les mythologies. Tout y passe, du nom des sorts et des personnages, aux animaux rencontrés, aux matières enseignées, aux matériaux utilisés…
Si je devais reprocher des choses à ce travail, c'est que, sans être une inconditionnelle de l'univers de Harry Potter, le livre ne m'apprend pas grand-chose. Sans doute parce que j'ai été bercé par les mythes et légendes et que je les ai étudiés à l'école, par conséquent je n'apprends rien que je ne sache déjà ou pas grand-chose de plus qui ne tiennent pas de l'anecdote. Et même sans être une personne érudite, la plupart des éléments tient de la culture générale.
Après comme il s'agit à la fois d'un livre de recherche mais également d'interprétation, il est possible de mettre en doute le fait que cela soit une volonté délibéré de 
J.K. Rowling. J'entends par là que, bien que je ne remette pas en doute la traduction et l'étymologie que propose Blandine le Callet, nous ne savons pas si c'est l'intention première de l'autrice d'Harry Potter. A-t-elle juste pioché dans des livres de latins et de mythologies des choses qui sonnaient bien ? A-t-elle fait des recherches approfondies pour chacun ? Nous n'en savons rien et l'ouvrage présent ne nous permet pas de le savoir.
Il n'en reste pas moins que cela montre aussi parfois la difficulté de traduction de l'anglais au français entre garder le jeu de mots, la sonorité et le sens caché pour les noms des personnages et des sorts par exemple.
En dernier lieu, si vous découvrez l'univers du sorcier et que vous voulez approfondir votre culture, je pense que ce livre est fait pour vous.
A noter également les illustrations qui parsèment le livre et qui reprennent les effets de gravures d'antan pour donner un cachet plus authentique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article