658

Publié le par Tama

Bon maintenant que j'ai un ordinateur tout beau, tout neuf et qui fonctionne, il est temps de se remettre au boulot.

 

Il y a quelques temps j'ai lu un roman policier -car ça faisait longtemps et que j'aime bien ça- nommé 658, que j'avais eu avec l'achat d'un autre livre. L'intrigue prométait du mystère, un passé sulfureux qui resurgit, de quoi se remuer les méninges avec le tueur aux nombres....et bien oui mais surtout non. Si l'intrigue s'avère sympathique, je n'ai pas du tout été entendu dans mes attentes.

 

http://a396.idata.over-blog.com/2/12/00/03/img2/verdon-658.gif

 Ancien alcoolique reconverti en gourou pour milliardaires dépressifs dans une clinique très privée, Mark Mellery reçoit un jour une lettre anonyme, lui demandant de se prêter à un petit jeu d'esprit à première vue inoffensif... Mais l'énigme ne tarde pas à prendre une tournure sanglante et terrifiante.
Appelé à résoudre une enquête en apparence insoluble, semée d'embûches et d'indices trop flagrants pour être honnêtes, le légendaire inspecteur David Gurney, jeune retraité du NYPD bientôt rattrapé par les démons de l'investigation, se lance aux trousses d'un meurtrier aussi inventif que machiavélique ? pour qui le décompte macabre ne fait que commencer...

 

 

Le roman est divisé en 3 parties : la 1ere sert d'introduction, la seconde permet enfin de plonger dans l'action avec l'enquête et la troisième sert de conclusion/résolution du mystère.

Ce qui est intéressant, c'est que dès les premières pages nous avons affaire à un policier spécialisé dans les tueurs en série à la retraite, ce qui laisse supposer qu'il s'agit là d'une énième aventure du policier Dave Gurney alors que pas du tout en fait. Il s'agit autant du premier roman du personnage que de son auteur.

Quelque part on échappe pas au cliché du flic qui  a raccroché mais qui finalement ne peut résister à l'appel du meurtre à résoudre.

L'auteur John Verdon arrive à poser une ambiance grace aux relations entre les personnages, notamment dans la vie personnel de Dave Gurney : ses problèmes avec son fils, avec qui il ne partage pas les mêmes valeurs et sa femme qui est son oasis de calme et de douceur en lui apportant une certaine sérénité avec qui il partage un drame passé qui les mines tous deux chacun à leur manière.

 

Le livre donne au départ une énigme qui semble, au premier abord, bien tordue, improbable et insurmontable et qu'il faudra démonter petit à petit. On finit par se demander, comme Dave Gurney, comment le meurtrier arrive à anticiper ce que les gens vont penser. Seulement  voilà, si certaines idées sont bien trouvées, d'autres m'ont semblé plus tiré par les cheveux et m'ont laissé mitigé. Mais n'enlevons pas certaines qualités au livre qui m'ont laissé dire "Ah mais c'était évident !" tellement c'était simple et sous vos yeux.

 

Je n'ai pas grand chose à dire de plus sur ce livre. Ce n'est certes pas le meilleur policier que j'ai lu car il possède des défauts mais aussi des qualités. C'est une lecture sympathique, pas trop prise de tête, agréable à lire l'été à la plage confortablement installé ou durant un week-end pluvieux chez soi.

Publié dans policier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article