L'accro du shopping à une soeur

Publié le par Tama

Bien que je connaisse la série de Sophie Kinsella, j'avoue ne jamais en avoir lu un seul ! C'est désormais chose faite avec le 4eme tome de la grande saga chick-lit que l'on m'a gentiment offert à Noël. Dans le genre je n'ai lu que le diable s'habille en Prada mais ici il s'agit d'une tout autre catégorie.

 Comme je le disais, il s'agit des suites des aventures de Becky, aka Rebecca Bloomwood, désormais marié avec le très charmant (et très patient) Luke. Après dix mois de lune de miel (oui ça fait rêver), où notre héroïne pense avoir mûrie, la voilà de retour à Londres mais force est de constater que dix mois d'absence ce n'est pas rien. Mais comme on dit chassez le naturel, il revient au galop, c'est repartie pour un tour de chauffage de carte bleu.

 

nullRésumé :

Après un long voyage de noces, le retour à Londres est difficile pour Becky Bloomwood-Brandon : pas de boulot, un budget sous haute surveillance, un mari débordé, une meilleure amie occupée ailleurs, des parents en pleine psychothérapie...
Plus une surprise de choc : Becky découvre qu'elle a une soeur, née des amours prénuptiales de son père. Et quelle soeur ! Radine comme un pou, gaie comme une porte de prison, pas féminine pour deux pence, Jess déteste les fringues, le maquillage et le chocolat. Et, surtout, elle a une sainte horreur du shopping !
Finie la belle vie ? Envolés les rêves d'entente familiale ? Terminé le lèche-vitrines?
C'est mal connaître la plus attachante des fashionatas, qui, une fois encore, a plus d'un tour dans ses sacs...

 

Bien que n'ayant pas lu les précédents épisodes, il est facile de se plonger dans l'histoire sans être perdu, ni avoir besoin d'un résumé qui vous plombe les premiers chapitres. Le ton est léger, volontairement caricatural et surtout plein d'humour.

Becky est une consommatrice compulsive, à la fois naïve, maladroite, complètement en dehors des réalités, ayant tendances à ne pas franchement réfléchir à ses actes dont les répercussions sont le plus souvent catastrophiques. A contrario c'est ce qui fait tout son charme. On peut ne pas aimer son côté très gamin qui passe son temps à mentir pour cacher une bêtise encore plus grosse et se fait sermonner par Luke à chaque gaffes, qu'elle s'empresse de recommencer une fois que celui ci à le dos tourné.

Bref, dans cet épisode notre héroïne se découvre une soeur née d'une relation antérieur de son père avant que celui ci ne rencontre sa mère. Ici, on ne fait pas dans le social ou le sentimentalisme. Penser donc! notre accro de la carte bleu pense avoir trouvé dans cette soeur une nouvelle meilleure amie avec qui partagée son addiction, sauf que...si Becky est une consommatrice compulsive parfaitement à l'aise dans une allée de boutiques chic, rien à voir avec sa soeur qui en est le total opposé.

L'auteure s'intéresse donc à la caricature inverse : les économes, voir anti-consommateurs. Ceux qui font attention à leurs dépenses, n'achètent rien d'inutiles, se fournissent en vêtements dans des dépôts et se nourrissent à l'armée du salut. Jess est donc l'exacte opposée de Becky. Si tout le monde (même Luke) souhaite que Becky en prenne un peu de la graine, il ne faut pas non plus voir Jess comme un exemple. A force de passer son temps le nez dans ses comptes et à faire attention à tout, on en oublie de vivre, de s'amuser et surtout de se faire plaisir ! On a donc droit à la confrontation de deux univers, entre l'hyperactive Becky et la très posée Jess. Au bout d'un moment ça ne peut faire que des étincelles et il est amusant de voir Jess finir par pêter les plombs.

De même que l'on peut voir peu à peu le petit monde de Becky s'écrouler autour d'elle jusqu'à la voir toucher le fond. On récolte ce que l'on sème !

 

Le scénario du livre est relativement mince, bourré de grosses ficelles et on sait tous que ça va finir en happy end mais qu'importe ! On passe un bon moment (en tout cas moi j'ai passé un bon moment) à lire les aventures de Becky pelotonnée dans son canapé un dimanche après-midi pluvieux.

L'histoire se conclue, certes, mais de manière un peu brutale mais on sent bien que c'est pour enchaîner sur la suite : l'accro du shopping attend un bébé. En tout les cas, c'est avec plaisir que je retrouverais les mésaventures de Becky.

Mention spéciale humour aux  interludes épistolaires qui ponctuent le livre et ne manque pas de piquant.

Publié dans Lecture

Commenter cet article