La mort s'invite à Pemberley

Publié le par Tama

J'ai toujours aimé les policiers, et en particulier PD James, dont plusieurs romans ornent les étagères de ma maison. Alors quand cette dame décide de s'attaquer à l'univers de Jane Austen, et tout particulièrement Orgueil et préjugé, j'étais ravie.

 

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51AKdjbZgEL._SL500_AA300_.jpgRésumé :

Rien ne semble devoir troubler l'existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maitresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins; sa soeur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l'imposante bibliothèque du château. Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d'automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune soeur d'Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s'invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes.

 

 

Les livres dérivés d' Orgueil et préjugés pullulent mais certains semblent être tiré de mauvaises fanfictions en rajoutant une bonne dose de mièvre faisant de l'univers de Jane du Chicklit. Rare sont ceux et celles qui semblent manier sa prose tout en conservant son atmosphère.

Aux vues des bons échos sur la mort s'invite à Pemberley, je n'ai pas eu trop à me questionner avant de l'acheter. J'avoue que je ressors à la fois contente et déçue de ce roman. Il n'est pas mauvais en soi, mais loin d'être très bon.

En somme ce n'est pas le meilleur PD James mais c'est déjà parmis les bonnes (meilleures ?) adaptation de l'univers de Miss Austen. Je m'explique :

 

Le roman est divisé en 3 parties : introduction, enquête, et enfin résolution. Rien de bien nouveau sous le soleil.

La première partie permet d'intégrer les personnages d'Orgueil et préjugés plusieures années après l'heureux dénouement du roman original. A ce titre PD James nous fait plusieurs piqûres de rappel en empruntant des passages de l'oeuvre originale, sans pour autant faire du copié/collé, tout en rajoutant plusieurs détails de son cru et en restant tout à fait dans le ton ironique et gentiment moqueur qui n'hésite pas à s'en prendre à ses divers personnages. Plusieurs d'entre eux restent fidèles à eux même, tout en ne restant cependant que des personnages secondaires de passages.

Si  ces passages, qui remettent en place l'action et les faits d'origines, sont bien mis en place et son un "mal nécessaire", pour un amateur de l'oeuvre de Jane Austen cette première partie pourra sembler lourde par moment.

La deuxième partie se consacre sur l'enquête, qui à mon goût, n'en est pas vraiment une. Forcément vu l'époque, adieu empreintes et analyse ADN, on fait avec les moyens du bords qui peuvent sembler pauvre. Ce qui prime surtout dans le déroulement de l'enquête ici, c'est le déroulement historique : comment gérer -t-on ce genre de crime à cette époque. Cette partie semble soignée dans la recherche mais délaisse quelque peu ce qui fait le charme d'une enquête pour le lecteur en ne se consacrant qu'à la partie administrative et juridique. Ce qui m'a fait trouver ce passage planplan.

La dernière partie, qui résous l'enquête, est surtout l'occasion de faire pleuvoir histoires et révélations sur Whickam. Certaines sont intéressantes et permettent un autre éclairage sur certains personnages. Le hic c'est qu'on a ce flots d'informations d'un coup et rien, dans les pages qui précédaient, ne pouvait nous amener à ça. En général dans les enquêtes, j'aime faire des suppositions, voir les différentes pièces de puzzles se mettrent en place pour enfin s'imbriquer en toute logique. Ici cette démarche n'est pas vraiment présente, ce qui m'a fait me sentir passive durant tout le livre et ne m'a pas fait éprouver le plaisir de trouver l'assassin et ses raisons.

Car oui j'ai été déçue par la fin ! Alors certes, on tue un personnage d'orgueil et préjugé mais il n'était à la base que secondaire et en plus par un personnage non issue du premier livre et dont on a cure !

Résultat, je n'ai pas été prise par le livre car l'on reste toujours quelque peu en dehors de tout ça. Cela ne touche pas directement le couple Darcy/Elizabeth qui restent gentiment dans leur bulle à ne s'occuper que de dîners mondains.

Certains personnage changent de caractère : le colonel prend du grade pour devenir pompeux et sinistre. Les femmes restent bien en dehors de tout ça à ne se préoccuper que de frivolités et d'invitations de bal, car tout ça reste une affaire d'hommes ! Alors bien sur je ne demande pas à PD James de nous faire une oeuvre féministe mais, même si la prose est sympa et le décor respecté, les personnages manquent de relief.

 

En somme c'est une sympathique exploitation de l'univers de Jane Austen mais ce n'est certainement pas le meilleur PD James.

Publié dans Jane Austen

Commenter cet article